7
 

1

 


1 6 4 5 32


Tous les artistes
Tous les spectacles
classés par nom

Annie-Jeanne
Marie-Paule Belle
Jean-Louis Bergere
Churchfitters
Flora Théfaine
Feu Sacré
Les chaises
Macha Méril
Mavana
Michel Le Royer
Molière
Christiane Oriol
Le Prophète
Tango argentin
Volanoro
Danielle Volle
Jacques Weber

9

Le journal d'un voyageur
pendant la guerre

d’après un texte inédit de George Sand.
Adaptation de Maryvonne Schiltz et Patrick Coulais. Mise en scène de Patrick Coulais.
Maryvonne Schiltz interprète George Sand

 

Pour célébrer le bi-centenaire de la naissance de George Sand, la comédienne Maryvonne Schiltz et le metteur en scène Patrick Coulais ont cherché dans sa correspondance un texte qui fasse référence à notre époque. La découverte du Journal d'un voyageur pendant la guerre leur a été une révélation.

Le contenu du spectacle

En juillet 1870, sur un "malentendu politique", la France déclare la guerre à la Prusse. Mais Napoléon III est fait prisonnier à Sedan. Le second Empire s'écroule; la troisième République est proclamée.
Au milieu de ces bouleversements politiques et des malheurs du temps, sécheresse épouvantable, épidémie de variole, famine, le manque de coordination et de préparation des armées, fait de cette guerre une véritable boucherie. La France capitule, l'armistice est signé. Le spectre de la Commune se profile.
Entre le 15 septembre 1870 et le 10 février 1871, George Sand se déplace de jour en jour entre le Berry et le Limousin; elle écrit ce qu'elle voit, ce qu'elle ressent, ce qu'elle lit dans les journaux.
C’est le regard parfois désespéré d’une femme face au carnage, souvent consternée par le malheur et la bêtise des hommes.Elle livre ses espérances d'un avenir meilleur pour les plus humbles - toute une philosophie du quotidien élaborée avec patience et humanisme.
George Sand crie son dégoût de la guerre, critique ses prolongements absurdes dans les deux camps, se soucie de ses compatriotes et de leur vie…Impuissante, elle en est bouleversée.
Ce voyage qui dans un premier temps fut une fuite pour protéger "sa smala" de l'épidémie, devient un voyage initiatique enrichi du quotidien de la vie.
Vieillissante, Sand garde plus que jamais une inaltérable énergie qui la fait à plus de soixante dix ans se baigner dans l'Indre, préparer des confitures, fabriquer des poupées pour ses petites-filles, s'occuper de son potager- entre deux visites de Flaubert ou de Tourguénief.
Cette femme-la émeut et guide notre désir. George Sand, est notre contemporaire.

Résumé du parcours professionnel de Maryvonne Schiltz :

On l’a vu au cinéma dans Mademoiselle, aux côtés de Sandrine Bonnaire
A la télévision dans des séries, comme Nans le Berger, des téléfilms comme Les Faux médicaments, ou Embarquement immédiat réalisé par Joyce Bunuel.
Au théâtre elle a joué les grands rôles :
Cassandre dans Tête d’Or, mis en scène par Michael Cacoyannis, Dora dans Les Justes d’Albert Camus mis en scène par Jean Négroni, La Servante de Victor Haïm mis en scène par l’auteur, La Comtesse dans Kean et Catarina dans La Mégère apprivoisée, dans des mises en scène de Jean Claude Drouot, Elizabeth dans Don Carlos de Schiller aux côtés de Gérard Desarthe au théâtre de la Ville à Paris, Marie dans La Lune se couche d’Harold Pinter dans une mise en scène de Karel Reiz, au théâtre du Rond Point à Paris. Elle a été aussi Chimène , Lucrèce, Caliban, Andromaque…

 

Ce qu'en dit la presse.

Théâtre des Amants . Avignon.

Juillet 1870. George Sand, témoin de son temps, a noté au jour le jour chaque événement vécu à cette période de l'histoire. Plus qu'un témoignage, c'est message humaniste qu'elle passe. C'est une George Sand vieillissante qui a inscrit dans ces pages, tout son désarroi et son incompréhension face à la violence des hommes. " Le journal d'un voyageur pendant la guerre" est un texte fort et important pour notre 21e siècle. Pas besoin de connaissance, il faut juste écouter les mots de Sand, et se laisser porter par l'atmosphère authentique de la mise en scène de Patrick Coulais, et l'interprétation remarquable de la comédienne qui incarne l'auteur. Maryvonne Schiltz fait partie de ces comédiennes rares, donc précieuses, qui savent faire plus qu'exprimer un texte. Elle l'aime et le fait aimer. Elle le reçoit et l'offre avec générosité. La diversité de son jeu effraie autant qu'elle suscite l'admiration. Ne passez pas à côté de ce petit bijou dans un cadre intime qui se prête à merveille au contact.
Aurélie Salvert.  La Provence.  Vendredi 16 Juillet 2004

Le Journal d’un voyageur pendant la guerre, nous propose une autre image de George Sand. Un texte autobiogrpahique qui relate les événements de la guerre de 1870. Nous la découvrons entre ses pots de confiture et la destruction des idéaux politiques. Un des trois spectacles du Festival Off à voir à Avignon.
Jean Marc Stricker - France Inter - Chronique du 18 juillet 2004

 

 

 

Retour en haut de page